Sociale | OLIDET part en guerre contre les violateurs des droits des enfants

L’hôtel « Mon Ivoire » sis à Kégué, a servi de cadre ce mardi 29 mars 2016 à l’Observatoire des Organisations de la société civile et des médias contre l’Impunité liée à la violation des Droits de l’Enfant au Togo (OLIDET) pour le renforcement des capacités de ses membres. Ont pris part aux travaux de lancement des activités, des responsables d’autres organisateurs sœurs telles que : la Concertation Nationale de Société Civile (CNSC) et le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT).

« Comment travailler en réseau pour réussir un plaidoyer ? » C’est autour de ce thème principal que les membres de l’Observatoire des Organisations de la société civile et des médias contre l’Impunité liée à la violation des Droits de l’Enfant au Togo (OLIDET) ont vu renforcer leurs capacités. Fondé par une dizaine d’organisations de défense des droits de l’homme, tous membres de la société civile togolaise, OLIDET pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixé, celui de la défense des droits des enfants, a initié ledit atelier de renforcement de capacités de ses membres. Pour la circonstance, des responsables d’autres organisations sœurs ont répondu à l’appel et ont pris tour à tour la parole au cours du lancement des activités dudit atelier. Dans son mot de bienvenue, le président d’OLIDET, Me Claude AMEGAN a indiqué que pour être efficace, la société civile doit éviter tout caractère partisan ; doit être neutre et objectif. « C’est dans ce contexte que, dans le cadre de leurs actions de protection des droits de l’enfant, quinze (15) organisations de la sociétés civile sans parti pris, se sont constituées en observatoire pour lutter spécifiquement contre l’impunité liée à la violation des droits de l’enfant sur tout le territoire national », a laissé entendre Me Claude AMEGAN. A en croire ce dernier, l’organisation de l’atelier de formation sur le travail en réseau et les techniques de plaidoyer, est d’autant plus pertinente qu’elle permettra de palier les faiblesses ou lacunes manifestes de l’efficacité du travail individuel.

Le Chargé de programme à la Concertation Nationale de Société Civile (CNSC), Franck KEPOMEY, représentant son président de tutelle, s’appuyant sur la constitution de la quatrième République au Togo, a relevé l’importance de la liberté et de l’égalité. Selon lui, la liberté et l’égalité, sont deux valeurs sœurs sans lesquelles aucune société ne saurait assurer durablement sa cohésion et son unité, ainsi que son développement économique et social. « Malheureusement, en violation de ces droits fondamentaux, certaines pratiques comme l’esclavage domestique, la prostitution, le trafic et l’exploitation des enfants, existent encore dans notre pays », a-t-il souligné. A en croire Le Chargé de programme à la CNSC, il n’est un secret pour personne que la violence faite sur les enfants, constitue l’une des pires formes modernes de la négation de la dignité humaine. « Elle reste donc une préoccupation majeure pour la communauté internationale et singulièrement pour les pays en développement », a-t-il martelé. Pour Franck KEPOMEY : « Les trafiquants en êtres humains étaient forts de nos faiblesses. Qu’ils soient faibles de notre force de notre force. »

En ouvrant officiellement les travaux dudit atelier, le Directeur exécutif du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), André Kangni AFANOU, après avoir salué l’initiative, a rendu hommage à tous ceux qui œuvrent et se battent inlassablement pour le respect des droits de l’homme au Togo. Il a, par ailleurs dénoncé les multiples violations exercé sur les citoyens du monde, en général et sur les enfants en particulier. « La tâche n’est pas aisée », a-t-il laissé entendre. Tirant leçons des expériences en matière de défense des droits de l’homme, André Kangni AFANOU a mis l’accent sur la dictature de l’urgence, faisant ainsi allusion à la tâche qui attend les membres d’OLIDET. « Il faut faire preuve de la dictature de l’urgence qui, parfois oblige à vaquer à certaines occupations », a-t-il recommandé. Le Directeur exécutif du CACIT n’a pas manqué d’inviter les uns et les autres à s’imprégner des connaissances qui leur seront livrées au cours des travaux dudit atelier pour des fins utiles. C’est suite à ces conseils, qu’il a ouvert officiellement les travaux de l’atelier

Idelphonse Akpaki

   29 Mar 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique