Economie | IDH-Microfinance ou un réseau d’escrocs : Kwassi KLUTSE va-t-il un jour répondre de ses actes?

Au Togo, certains citoyens sont intouchables même lorsqu’ils viennent à commettre un crime, un forfait ou un acte éminemment grave passible d’une punition ou d’une sanction sévère. C’est le cas justement de l’ancien Premier Ministre (PM) togolais Kwassi KLUTSE qui, il y a six (6) ans, a mis en difficulté certains de ses compatriotes et plongé d’autres dans un profond désarroi à travers sa structure financière IDH-Togo, dont il est le promoteur. Cette structure qui, en fait est une entreprise de Microfinance où on fait l’épargne et des emprunts, s’est révélée à la longue comme un réseau d’escrocs et de spoliateurs des populations. Nombreux sont donc ces Togolais qui en ont été victimes de la dilapidation de leurs sous et de leurs fortune. Conséquence : IDH-Microfinance a fermé ses portes sans avoir remboursé ses épargnants. L’argent épargné s’est volatilisé dans la nature sinon parti en feu au nez et à la barbe des pauvres épargnants. Et pendant que ces derniers souffrent le martyr, Kwassi KLUTSE lui, sans être inquiété, les tourne en bourriques tout en se donnant lui, une insolente vie dorée. Une situation qui fait grincer des dents tant au sein des victimes que de la population. Le responsable de ReDeMar n’avait atteint ce stade quand ce dernier a été embastillé dans ce même pays et sous le même régime. N’est-ce pas la politique de deux poids deux mesures?

Dans sa parution N° 214 du mardi 8 mardi 2016, le confrère « SIKA’A », recevait un des responsables de « IDH-Microfinance. Ce dernier parlant dans l’anonymat avant dans un premier temps réfuté la thèse selon laquelle l’« IDH Microfinance n’est pas un réseau d’escrocs ». Au cours de ses investigations sur le même sujet, le confrère « SIKA’A a été révélé que : « Le fils du principal promoteur de l’institution financière aurait détourné une somme colossale qui a mis en faillite de son père. » Une révélation aussi poignante prouve à suffisance que la misère infligée aux milliers épargnants de IDH-Microfinance, relève non seulement de la mauvaise gestion des fonds mis à la disposition de l’entreprise financière mais surtout de la responsabilité de Kwassi KLUTSE lui-même puisque les indiscrétions font été de ce que la faillite proviendrait de son propre fils. Généralement dans ces genres de situation, le gouvernement met en place une commission d’enquête pour situer les responsabilités et rétablir les épargnants dans leurs droits. Cela n’a pas été le cas. En lieu et place d’une enquête, le gouvernement a laissé la situation pourrir jusqu’aujourd’hui plongeant ainsi les épargnants dans un profond désarroi surtout pour ceux qui y ont mis toute leurs fortunes. Pourquoi a-t-on laissé faire Kwassi KLUTSE ? Et pourquoi son fils voleur n’a-t-il pas été interpellé pour des raisons d’enquêtes quand bien même on sait qu’on ouvre les enquêtes mais elles ne donnent rien ? Pourquoi ces deux personnes sont-elles en liberté ? Qu’est-ce qu’elles ont fait des millions amassés chez les pauvres populations ? Le détournement n’est-il pas puni au Togo ? Et pourquoi le gouvernement n’agit-il pas comme c’était dans le cas de l’affaire ReDemarr où mine de rien son promoteur avait été envoyé en prison ? L’Etat a-t-il bénéficié d’une aide financière d’IDH-Microfinance ? Autant de questions qui taraudent l’esprit des épargnants.

A en croire ce responsable d’IDH-Microfinance qui a requis l’anonymat, la responsabilité de cette faillite est belle et bien imputable en grande partie à son patron, c'est-à-dire au sieur Kwassi KLUTSE. L’informateur s’offusque de la situation ainsi créée et révèle alors : « Convaincu que cette crise était en grande parie due à la mauvaise gestion des administrateurs d’alors, au devant desquels se trouvait l’ex-premier ministre Kwassi KLUTSE, le gouvernement a, en juillet 2010 par décret pris en conseil des ministres décidé de dissoudre le Conseil d’administration du réseau IDH-Microfinance. Puis, il a nommé un administrateur provisoire pour 18 mois en vue du redressement du réseau. Ce dernier avait pour mission de faire l’état des lieux, de situer les responsabilités et de faire les propositions concrètes en vue de relancer les activités des mutuelles. Ce nouvel administrateur est Mablé KODJO. Malheureusement, force est de constater que jusqu’à l’heure où nous parlons, c’est le silence radio.» A l’analyse des faits, on se rend compte que le gouvernement togolais a fait une part belle au PM Kwassi KLUTSE, promoteur de l’entreprise et à son fils. Il y a eu du laisser-aller dans le suivi du dossier. La condition exécrable dans laquelle vivent les Togolais en général et en particulier ces épargnants spoliés par IDH-Microfinance ne dit rien aux dirigeants togolais sinon ils allaient agir en faveur de ces infortunés. Doit-on comprendre à une complicité dans la faillite de l’entreprise entre Kwassi KLUTSE et le pouvoir togolais ? A quoi rime cette inaction du gouvernement togolais qui ne cesse de bourrer les oreilles aux gens comme quoi ils travaillent pour le bonheur des populations ? La poursuite en justice du sieur Kwassi KLUTSE et de son fils d’avère plus que jamais indispensable parce qu’ils en sont tous les deux responsables de la faillite de l’institution financière. Une confirmation du responsable d’IDH-Togo qui a requis l’anonymat. Pour lui, rien n’a été fait jusqu’aujourd’hui pour soulager la peine des épargnants spoliés. « Aucune information crédible ne parvient à la population, que ce soit du côté de l’administrateur provisoire ou du côté du gouvernement. De 18 mois, nous nous retrouvons aujourd’hui à 6 ans. Monsieur Mablé KODJO est-il toujours en fonction ou c’est les moyens qui lui manquement », se lamente-t-il. Le sieur Kwassi KLUTSE est-il un intouchable ? Les dirigeants togolais qui crient sur tous les toits d’œuvrer pour le bien-être des populations ne devaient pas cautionner ces genres de comportements de citoyen véreux, véritable danger pour le reste de la population. Il est temps que le sieur Kwassi KLUTSE subisse la rigueur de la loi en répondant de sa mauvaise gestion de l’IDH-Microfianance devant les juridictions étant donné que c’est lui le premier responsable à qui incombe toute responsabilité et plus encore, c’est son propre fils qui serait à l’origine de la faillite de l’entreprise. Le gouvernement doit rappeler à l’ordre le sieur Kwassi KLUTSE, cet ancien Premier Ministre qui devait normalement donner le bon exemple aux autres, au nom du civisme que brandissent les autorités du pays à tout bout de champ. Non à la politique de deux poids deux mesures. Au nom de la loi, que Kwassi KLUTSE rétablisse dans leurs droits ces pauvres épargnants qu’il a spoliés à travers son réseau d’escroquerie d’IDH-Microfinance. Vivement que renaisse des cendres un Togo nouveau, une vraie République où tous les fils et filles seront égaux devant la loi.

Idelphonse Akpaki

 

   16 Mar 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique