Culture | « Wold shop boulevard » au Togo : Quand les artistes togolais sortent de leur tanière

Attirer l'attention de la population de Lomé sur ce que c'est que l'art et chercher à rééduquer celle-ci par rapport à cet art. C'est l'objectif poursuivi par la trentaine d'artistes togolais qui ont procédé à une exposition de leurs œuvres d'art sur le boulevard du 13 janvier, au carrefour Immeuble Fiata. Ces œuvres d'art exposées sont entre autres : des tableaux en peintures, en objets métallique et en bois sans oublier des simulations en eau et bien d'autres choses relevant du domaine artistique.


Placée sous le thème « Togo en couleur », l'exposition des œuvres a connu la présence de nombre de curieux, de passants et d'acheteurs qui se sont relayés tour à tour aux côtés de ces œuvres et leurs concepteurs pour s'enquérir des connaissances surtout sur la simulation qui a été faite pour montrer l'importance de l'eau dans la vie de tout être humain. Cette exposition, n'a duré qu’une journée a été l'occasion pour les artistes praticiens togolais de prouver à la face du monde, et surtout à la population de la capitale, Lomé, l'importance que revêt l'art dans la vie d'un peuple. « Quand on expose, c'est dans les grandes salles, dans les hôtels et autres.  Tout le monde n'est pas habileté à aller dans ces lieux-là. C'est pour cela que nous avons voulu aller vers la population. Au lieu d'attendre que la population vienne vers nous. Nous allons vers la population pour leur parler et leur démontrer ce que s'est que l'art et ce que nous faisons et comment est-ce qu'on le fait », a indiqué  KUNAKEY Komla Dzigbodi alias Claudio, artiste praticien, l'un des organisateurs de ladite exposition. A l'en croire, le thème choisi pour ladite exposition, n'est pas fortuit. « Nous voulons que ces couleurs-là jaillissent sur le Togo pour les togolais puissent avoir une autre vision de l'art plastique et connaitre l'art autrement », a-t-il martelé.
 
A l'endroit des responsables de la culture du Togo, KUNAKEY Komla Dzigbodi alias Claudio a lancé l'appel que voici : «...Moi, je dirai de se tourner vers l'art. De faire une bonne politique culturelle. Malheureusement chez nous, le constat qu'on fait maintenant, c'est qu'il n'y a pas une bonne politique culturelle chez nous ici. Et je dirai à nos responsables qui ont un peu de moyens de ne pas seulement s'accrocher aux graffitis et aux chinoiseries. Mais essayer de payer les œuvres des artistes pour permettre aux artistes de survivre. ».

 Idelphonse Akpaki


 

   04 Mar 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique