Politique | La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a donné sa position au terme de la rencontre avec les facilitateurs

Les responsables de la coalition des14 partis politiques de l’opposition togolaise ont rencontré étaient en conférence de presse ce 28 juin 2018 pour informer mieux l’opinion publique sur les discussions de la rencontre qu’ils ont eue avec les facilitateurs ghanéen Nana Akoufo ADDO et guinée Alpha CONDE.

Lire la déclaration liminaire

 

CAP2015 -  Groupe des Six – CAR – PNP – Santé du peuple

CONFERENCE DE PRESSE DU 28 JUIN 2018

Déclaration liminaire

Le mercredi 27 juin 2018, le dialogue politique a repris ses travaux en présence des deux facilitateurs, leurs Excellences, Présidents Alpha CONDE de  Guinée Dankwa Nana AKUFO-ADDO du Ghanaet du Président de la Commission de la CEDEAO, Monsieur Jean- Claude BROU.

La Coalition profite de l’occasion pour remercier les Chefs d’Etat du Ghana et de la Guinée pour leur disponibilité constante.

La Facilitation  a souligné que le dialogue est relancé conformément au mandat confié à elle par la Conférence des Chefs d’Etat le 14 avril 2018 afin d’aider, sur la base du protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie, la bonne gouvernance, la paix et la sécurité, à trouver une solution à la crise socio-politique que connait le Togo depuis Août 2017 et qui menace la paix et la stabilité du Togo et de la sous-région. 

Après la cérémonie d’ouverture, la facilitation a procédé à des consultations bilatérales avec les protagonistes. 

La Coalition a, quant à elle, présenté ses préoccupations articulées autour des points suivants :

-        la libération de tous les prisonniers politiques, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires en cours contre des responsables de l’Opposition, la levée de l’état de siège de fait dans les villes où prévaut cette situation et le respect scrupuleux des droits de l’homme et des libertés publiques sur toute l’étendue du territoire national ;

-        le rétablissement dans leur version originelle de cinq dispositions  fondamentales de la Constitution du 14 Octobre 1992 (limitation des mandats avec la mention « En aucun cas… », le mode scrutin uninominal majoritaire à deux pour l’élection du Président de la République et des Députés, les conditions d’éligibilité du Président de la République, les prérogatives et les modalités de désignation du Premier Ministre, la recomposition de la Cour Constitutionnelle) ;

-        la mise sur pied d’une Transition politique chargée de mettre en œuvre les décisions du Dialogue ;

-        la sécurisation des institutions de la Transition ;

 

-        les garanties de mise en œuvre des décisions du Dialogue

Après les consultations bilatérales, les deux Facilitateurs ont réuni les deux délégations en une cérémonie de clôture au cours de laquelle ils ont livré les premiers éléments de leurs réflexions à la suite d’un entretien qu’ils ont eu avec le Chef de l’Etat togolais, Monsieur Faure GNASSINGBE.

Dans leur communiqué sanctionnant les travaux de la journée, les Facilitateurs ont demandé au Pouvoir togolais :

 

  • la libération de toutes les personnes encore détenues suite aux manifestations
  • lagarantie de la liberté de manifester et la sécurité de tous les citoyenssur toute l’étendue du territoire national en particulier dans les villes de Sokodé, Bafilo, Tchamba et Mangoqui sont actuellement en état de siège de fait.
  • la suspension de la préparation des élections 

A ce sujet, les Facilitateurs ont cru devoir donner la fin Novembre comme date indicative pour la tenue des élections législatives. La Coalition a fait observer d’une part, que cette proposition est contradictoire avec la mesure de suspension du processus électoral et d’autre part, que la date indicative n’est pas réaliste pour l’organisation d’élections crédibles.Les Facilitateurs ont, en réaction, répondu que les élections législatives ne pourront se tenir que lorsque les conditions seront et qu’un consensus sera établi entre les protagonistes. 

Au sujet des propositions de sortie de crise formulées par la Coalition ; les Facilitateurs ont estimé qu’l leur faudrait un mandat plus large de leur mandant et vont en conséquence en informer leurs pairs qui prendront alors les décisions qui s’imposent lors du prochain sommet de la CEDEAO prévu pour le 31 juillet 2018.

Au total, les propositions de sortie de crise de la Coalition n’ont pas pu être examinées. Cependant, la rencontre du 27 juin a permis de faire quelques avancées substantielles concernant la libération des détenus, la levée de l’état de siège sur les villes concernées, le rétablissement du droit de manifester sur l’ensemble du territoire, l’arrêt du processus électoral.

La Coalition félicite le peuple togolais pour son engagement et son soutien sans faille et lui demande de rester mobilisé.

La lutte populaire est invincible

 

                                                                                     Fait à Lomé, le 28 Juin 2018

 

                                                                                     La Coalition des 14 (C14)

   29 Jun 2018    by   |                 


Dans la même rubrique