Politique | Déclaration des communautés Bè, Aflao et Agoenyivé réunies au sein de l’association Renaissance Action pour le Développement du Golfe (RAD Golfe)

L'association RAD Golfe regroupant les communautés Bè, Aflao et Agoenyivé a été interpellée par les populations de Bè sur les graves évènements survenus dans plusieurs quartiers de Bè dans la nuit du 07au 08 Septembre ainsi que dans la matinée du vendredi 08 Septembre 2017.

En effet, suite aux dernières manifestations des partis de l'opposition les 06 et 07 Septembre, les populations de plusieurs quartiers de Lomé en général et celles des quartiers Amoutiévé et Bè en particulier ont été surprises dans la nuit du 07au 08 Septembre par des pluies de gaz lacrymogènes jusque dans leurs habitations.


Plus grave, dans la matinée du vendredi 08 Septembre 2017 les habitants de Bè ont été l'objet de violentes représailles de la part des individus habillés en tenue des forces de l'ordre et de sécurité qui n'ont pas hésité à rentrer dans les habitations des gens sans aucune forme de procédure et ont tabassé sans ménagement les personnes qui s'y trouvaient. Ce qui surprend plus d'un, c'est le fait que les individus habillés en tenue de forces de l'ordre et de sécurité n'ont pas su faire une distinction entre les jeunes, les vieillards, les femmes et les personnes malades.
Vu la gravité de ces faits qui deviennent récurrents sur les populations de cette partie de la capitale, nous, membres des communautés Bè, Aflao et Agoènyivé réunis au sein de Rad Golfe tenons à faire la déclaration ci-après :
 
1- Tout Etat organisé doit protection et respect à sa population en toute circonstance. Aussi, la vie de chaque individu et le respect des personnes âgées, des femmes, des enfants et de tous ceux qui sont vulnérables sont sacrés dans notre tradition tout comme c'est le cas dans d'autres traditions.

2- Il est étonnant de voir l'Etat qui est censé assurer la sécurité et la protection de tous ses fils et filles devenir menaçant pour son peuple en brandissant des fusils chargés et d'autres instruments de répression avec l'intention de faire du mal à certaines catégories de citoyens considérés comme hostiles à sa politique. Ceci dénote une déplorable discrimination à l'endroit des citoyens d'une même Nation.

3- Nous protestons vivement contre le fait que les populations résidant dans certains quartiers de la capitale notamment à Bè soient assimilées à des militants d'un parti politique donné pour subir des actes qui ressemblent à des punitions suite aux débordements des manifestations des partis politiques.

4- Nous protestons vigoureusement contre la profanation des lieux Saints qui sont les forêts sacrées de Bè car, depuis la nuit des temps, ces lieux constituent des espaces et des sources d'inspiration de nos communautés issues des peuples Ewe du Togo, du Ghana, du Benin et du Nigeria, qui reconnaissent tous que ces lieux abritant les divinités de nos ancêtres ne peuvent être accédés que dans des conditions très restrictives.
5- Nous condamnons avec la dernière rigueur tous les actes de violation de domiciles, d'atteinte à l'intégrité physique, morale et psychologique sur des pauvres populations qui n'aspirent qu'à une vie paisible malgré leur misère.

6-  Nous réitérons que les populations en générale et la jeunesse en particulier issues des communautés Bè, Aflao et Agoenyive sont des peuples pacifiques comme les autres peuples du Togo et ne sauraient être confondus à des gens violents malgré les nombreuses injustices dont ils font l'objet depuis plusieurs années

7- Nous en appelons à la responsabilité du gouvernement de prendre des mesures idoines pour éviter à l'avenir ces genres de comportements en protégeant les citoyens de la même manière où qu'ils se retrouvent afin de préserver la paix et la cohésion sociale dont notre pays a besoin pour se développer au profit de tous.

8- En tout état de cause, ces actes commis ne sauraient restés impunis. Une commission chargée de recenser les victimes au sein des membres de la communauté Bè et autres travaillera avec le concours des huissiers de justice en vue d'évaluer les dégâts humains et matériels causés par ces individus habillés en tenue des forces de l'ordre et de sécurité dans les secteurs de Bè dans la nuit du 07 au 08 septembre et dans la matinée du 08 septembre 2017 pour que réparation soit faite. Une plainte contre X sera déposée pour toutes fins utiles.
 
Fait à Lomé le 14 Septembre 2017
Pour les communautés Bè Aflao et  Agoenyive

   14 Sep 2017    by   |                 


Dans la même rubrique