Culture | Editorial « LA GAZETTE DU GOLFE » Les actes seront-ils à la hauteur de nos efforts?

Les actes seront-ils à la hauteur de nos efforts?

Puisque le rôle premier d’un journal ou tout au plus d’un journaliste, c’est de tirer la sonnette d’alarme, eh oui, nous y sommes ! Dans notre rôle de sentinelle ! Au Togo où tout baigne dans un flou total, où l’injustice et la violation perpétuelle des droits humains, « LA GAZETTE DU GOLFE » maintient son leitmotiv : « L’EVEIL DES CONSCIENCES ». Après un passage entre tumultes et incertitudes, le jour était arrivé où vie devrait être redonnée à nos plumes. Avec cette équipe de jeunes « Gazettiers » rompus à la tâche, nous nous sommes engagés à remettre la barque à flot.

Quelles que soient les menaces et les intimidations, nous ne dérogerons pas au devoir qui nous incombe, celui d’informer, sensibiliser, éduquer, éveiller les consciences surtout et participer à notre manière à l’édification d’un Etat de droit dans le respect des règles d’éthique et de déontologie qui régissent notre profession.

Nous vivons dans un Etat où tout est politisé. Tous les secteurs de la société et l’administration publique sont politisés. Et puisque nous baignons au quotidien dans un contexte de politisation à outrance, nous à « LA GAZETTE DU GOLFE » avons compris qu’il ne faut donc plus laisser l’apanage du débat politique aux seuls dirigeants. Plus aujourd’hui qu’hier, la question politique s’impose à nous tous, puisqu’elle est une affaire de tous. Elle n’est pas, ou ne devrait pas, comme l’avait dit un ancien ministre de l’intérieur de feu le Général Eyadema «le règne des coups bas où le blanc est noir et vice-versa. »

La politique, au sens noble du terme, c’est cet art qui devrait plutôt nous permettre de faire régner l’esprit de vérité dans notre pays le Togo. Et c’est justement à cette vérité que s’accrochent les « Gazettiers » dans l’exercice de la profession.   

Voilà pourquoi, nous refusons d’être des lèches-bottes de quiconque. Qu’il soit gouvernant, politique ou non. Nous refusons d’hurler avec les loups, de piailler avec les oiseaux, de bêler avec les moutons. Nous acceptons et œuvrons inlassablement aux côtés de ce peuple en quête de sa liberté confisquée. C’est un engagement périlleux mais nous n’avons pas le droit d’abdiquer. Nous n’avons pas non plus le droit de garder une neutralité complice lorsque règne sur la « Terre de nos Aïeux » la loi de la jungle comme nous le constatons malheureusement depuis quelques années. Nous serons au service de la vérité, de la justice et du respect de la dignité humaine.

A vous chers confrères d’hier, qui avez, par votre dévouement et ténacité, donné à la Gazette sa notoriété, je vous suis reconnaissant. A vous, Parfait Guemadji, Regis Blavo, Rodrigue Lawson Anani-Soh, Ferdinand Ayité, vous avez mis en terre une graine que nous prenons l’engagement de continuer par faire germer. Quant à toi, Faustin Yêkini Radji, nous prions que, depuis l’au-delà, ton âme puisse trouver le repos éternel. 

Que l’Esprit Saint nous inspire dans la démarche entreprise pour que nos actes soient à la hauteur de nos efforts.

 Que vive l’information, la vraie !

Idelphonse AKPAKI

   15 Jun 2017    by   |                 


Dans la même rubrique