Politique | La CDPA met à nu la mauvaise foi du pouvoir RPT-UNIR

Dénoncer le harcèlement dont font l'objet ses responsables fédéraux et exiger la tenue d'élections locales pour balayer les délégations spécilaes. C’est ce qu’il faut retenir du communiqué signé de la Secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON et rendu public ce 25 février 2017. A la place donc des élections locales tant vanter ses derniers jours, le pouvoir en place tente à travers des moyens peu orthodoxe de faire pérenniser un système de gouvernance qui viole les principes démocratiques et pourtant il n’y a pas encore un mois, le ministre togolais des affaires étrangères, Robert DUSSEH de la tenue des élections locales avant la fin de l’année en cours. Duplicité et irresponsabilité.

Lire plutôt le communiqué de la CDPA

 

Depuis quelques semaines, les responsables de fédérations CDPA nous rapportent qu’ils sont sollicités avec beaucoup d’insistance par leurs préfets pour siéger au sein des délégations spéciales opérant dans leurs préfectures.

La CDPA s’étonne d’une telle initiative  de reconstitution des délégations spéciales au moment où le gouvernement vient d’annoncer sur un média international, sa volonté d’organiser des élections locales d’ici la fin 2017.

Par ailleurs, la CDPA ne comprend pas cette tentative de débauchage de ses militants à la base, ignorant de fait l’organe dirigeant national du parti. Elle assimile une telle approche à une manipulation, indigne de représentants locaux du gouvernement, agissant certainement aux ordres de leur hiérarchie.

La CDPA condamne cette pratique consistant à contourner les états major de politiques pour aller traiter avec les militants à la base en vue de solutionner un problème d’intérêt national. Elle est indigne dans une république.

La CDPA rappelle au gouvernement que sa position est de ne jamais s’associer à une quelconque manœuvre amenant des partis politiques cooptés par le régime en place à se partager des sièges dans des délégations spéciales mises en place pour une durée indéterminée. Au demeurant, si les circonstances l’exigeaient, une telle décision devrait être discutée au plus haut niveau des états major de partis politiques.

La CDPA lance enfin un appel au gouvernement afin qu’il cesse de jouer avec le destin des togolais confrontés au quotidien à des souffrances indicibles et lui demande instamment de reprendre attache avec les partis politiques et autres acteurs concernés afin que dans les meilleurs délais, les discussions aboutissent à communiquer des dates précises et crédibles pour la tenue d’élections locales.

Fait à Lomé, le samedi 25 février 2017

Kafui Brigitte ADJAMAGBO JOHNSON

   27 Feb 2017    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique