Politique | 50 ans de précarité sous les Gnassingbé: Dr Wala Kperkouma convie la jeunesse togolaise à prendre son destin en main

La précarité dans laquelle baigne la jeunesse togolaise depuis plus de 5 décennies sous les Gnassingbé, commence par démanger au plus haut point, la conscience des certains esprits éveillés du pays. Le système éducatif en souffrance, le marché de l’emploi pris en otage. Tout est bloqué. Seuls certains barrons du régime RPT-UNIR, cette minorité-là, jouissent copieusement des ressources du pays. Féru d’un avenir radieux pour la jeune togolaise, Dr WALA Kperkouma, Secrétaire général de l’Alliance des démocrates pour un développement intégral (ADDI), tire sur la sonnette d’alarme. Il invite la jeunesse togolaise à prendre son destin en main.

« Togolais, réveilles toi ! Mes chers compatriotes, agissons contre la précarité savamment entretenue. Au lieu de passer du temps à nous plaindre de la gouvernance de notre pays par le régime RPT UNIR, organisons nous pour agir et faire échec au plan de confiscation à perpétuité du pouvoir ». Tel est le message qu’adresse l’homme politique à la jeunesse togolaise. Pour le secrétaire générale de l’ADDI, le Togo de Faure Gnassingbé va très mal.

“Quand on nous dit que pour un concours d’entrée à l’ENI visant 1500 postes, il y a des milliers d’interventions, vous convenez avec moi la précarité dans laquelle baigne la jeunesse togolaise. Quand des jeunes titulaires de la licence se bousculent pour passer un concours d’entrée à l’ENI, vous pouvez mesurer la précarité de la jeunesse togolaise et surtout son désemparement face à l’avenir. Chers parents, chers concitoyens, pendant combien de temps accepterons nous cette injustice. Après toutes les dépenses pour instruire nos enfants, ils sont réduits à la mendicité du travail, pas pour offrir leur service, mais juste comme un gagne pain”, regrette-t-il.

Selon l’universitaire, plus rien ne rassure un avenir meilleur pour la jeunesse togolaise. Même le système éducatif est à l’agonie. Le marché de l’emploi est totalement pris en otage. Les programmes d’aides à la jeunesse ne sont que des moyens du gouvernement pour vendre du rêve à la jeunesse. Bref, tout ce qui permet de former la jeunesse devant assumer la relève de demain est confisqué.

“Je voudrais attirer l’attention de la jeunesse sur le fait qu’un homme bien formé n’a pas peur d’un éventuel chômage, car il mettra en œuvre sa compétence pour offrir ses services ou pour créer sa propre entreprise. Là aussi, le régime RPT UNIR a tout fait pour détériorer la qualité de notre système éducatif. La situation de notre système éducatif doit interpeller tous les Togolais, car sa qualité est indispensable pour la formation d’une relève de qualité et surtout la formation de citoyens éveillés ayant le sens des valeurs républicaines”, prévient le militant de l’ADDI.

Pour couper court, il lance un appel patriotique à toute la jeunesse togolaise. Il l’invite à se réveiller de sa torpeur et être le maître de son destin.

“Il est temps que la jeunesse togolaise s’engage dans une campagne de sensibilisation et d’éveil des consciences de nos parents à travers tout le pays sur les errements de la gestion actuelle de notre pays. Nous devons préparer les esprits à des choix judicieux lors des échéances électorales. Nous devons dorénavant traquer et à visage découvert toutes les velléités de fraudes et d’achat des consciences. Et cela se prépare à l’amont. Jeune togolais, engages-toi pour permettre à tes jeunes frères, à tes enfants, aux générations futures de vivre des réalités plus heureuses. Il y a des sacrifices à faire aujourd’hui pour que la vie soit plus heureuse pour nos enfants et arrière petits fils. Togolaise, togolais, il est indispensable que chacun fasse son introspection et se réveille. Togolais, fais monter de partout les clameurs !”, conclut-il.

Un appel qui, on l’espère, ne tombera pas dans les oreilles de sourds.

Source : site du parti ADDI

   24 Jan 2017    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique