Politique | Le Pape François préoccupé par la situation en RD Congo

Les archevêques de Kisangani et de Mbadaka ont été reçus en audience chez le pape lundi matin. Le Saint-Père invite à une sortie pacifique de crise.

 Le pape François a reçu en audience lundi matin au Vatican la présidence de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cénco. La délégation était composée de deux archevêques : celui de Kisangani, Mgr Marcel Utembi Tapa, président de la Cénco et celui de Mbandaka-Bikoro, Mgr Fridolin Ambongo Besungu qui est vice-président de cette instance de représentation des évêques catholiques en RDC. La rencontre était programmée de longue date mais elle tombe dans un contexte où l’Eglise catholique se trouve projetée au centre d’une actualité de tension pour laquelle son intermédiation a été sollicitée.

On imagine que le Saint-Père a voulu entendre les prélats au moment où ils mènent cette mission de médiation pour que la fin constitutionnelle du mandat de Joseph Kabila, le 19 décembre, ne se traduise pas par de nouvelles flambées de violences ou même par une guerre. Dimanche, le pape avait lancé depuis la Place Saint-Pierre un appel solennel en direction de la classe politique congolaise et notamment des parties-prenantes au dialogue national afin d’assurer une sortie de crise pacifique.

Le pape avait appelé les fidèles rassemblés sur la Place Saint-Pierre pour l’Angélus à prier pour que le dialogue politique engagé en RD Congo se déroule « avec sérénité pour éviter tout type de violence pour le bien de tout le pays». Au sortir de leur audience chez le pape, lundi, Mgr Utembi et Mgr Ambongo ont confirmé que le pape suivait avec préoccupation l’évolution de la situation en République démocratique du Congo.

« Nous avons partagé au pape la préoccupation de l’Église catholique et du peuple congolais tout entier autour de la crise que le pays connaît », a indiqué Mgr Utembi. Les négociations du dialogue national, dans lesquelles l’Église catholique joue depuis le 8 décembre le rôle de médiateur, pourraient reprendre mercredi au retour des prélats de Rome. Avant l’ouverture des négociations, les évêques avaient dit craindre que la RD Congo ne sombre dans « une situation incontrôlable », faute d’accord politique avant le 20 décembre sur l’après-Kabila.

 Plus que jamais la diplomatie vaticane appuie l’Église locale pour amener les acteurs politiques à se montrer moins intransigeants, quelle que soit la solution de consensus envisagée, afin que le pays ne sombre pas encore dans les violences. En septembre,  Kabila en personne s’était rendu au Vatican, où il avait rencontré le pape François. Un communiqué du Saint-Siège avait alors souligné l’importance de la collaboration entre les acteurs politiques, les représentants de la société civile et les communautés religieuses pour la stabilité et la paix dans le pays.

Source : Vatican

   20 Dec 2016    by   |                 


Dans la même rubrique