Politique | Journée Internationale de la Démocratie: Le Parti des Togolais déterminé a? œuvrer pour l’avènement d’une véritable démocratie participative

Chaque 15 septembre, le monde entier célèbre la journée internationale de la Démocratie. Initiée par les Nations Unies, cette  journée  est l'occasion  de réexaminer l'état de la démocratie dans le monde. La démocratie est un processus autant qu'un objectif, et seule la pleine participation et l'appui de la communauté internationale, des organes de gouvernance nationaux, de la société civile et des individus, permettront de faire de l'idéal démocratique une réalité universelle. Le Parti des Togolais a réagi à cette journée. Après avoir relevé le processus balbutiant de la démocratie togolaise, le parti d’Alberto Olympio félicite la société  civile togolaise pour le rôle joue? depuis les années 1990 et réitère sa détermination a? œuvrer pour l’avènement d’une véritable démocratie  participative au Togo à travers ce communqué dont voici la teneur.

 

 Communique? du Parti des Togolais a? l’occasion de la journée Internationale de la Démocratie

Le 15 septembre 2008, l’assemblée générale de l’ONU instaurait la première journée internationale de la démocratie. Elle est établie par cette assemblée comme un droit universel garantissant au citoyen la liberté, qu’il s’agisse de l’action politique que de la vie économique, sociale et culturelle. Ban Ki-Moon, le Secrétaire Général de l’ONU, dira a? ce sujet que la « La démocratie n’existe que lorsque le peuple s’exprime et est écouté? ».

Ce 15 Septembre 2016, pour notre pays, ne sera pas une occasion de célébrer nos avancées en matière de démocratie, mais de relever les différents manquements et les retards accumulés depuis les années 1990, alors que tous nos voisins sont cités comme des modèles de progrès.

Au niveau Politique, la révision déconsolidante du 31 Décembre 2002 sonna le glas des efforts entamés dans les années 1990. Cette révision ouvrira la porte a? la succession filiale et sanglante de 2005, succession qui révèle de plus en plus son vrai visage : La tentation de la présidence a? vie. Pour cela le régime en place utilise la « légalité? » du droit constitutionnel comme prétexte.

Le Parti des Togolais ne croit pas en la légalité? sans légitimité?, et a? la bonne sante? de la République sans application du principe de l’alternance, garanti par la transparence électorale. Ce principe de légitimité? trouve son fondement dans la déclaration universelle des droits de l’homme qui nous enseigne dans son article 21(3) que :

« La volonté? du peuple est le fondement de l'autorité? des pouvoirs publics; cette volonte? doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté? du vote. »

Sans application de ces principes simples, la présence du Togo au Conseil des droits de l’homme de l’ONU est une forme d’imposture.

- C’est une imposture, parce que les revendications des victimes des tortures commises a? répétition par le régime Togolais nous le rappellent.

- C’est une imposture, parce que la majorité? présidentielle a? l’Assemblée nationale, refuse de considérer la torture comme un crime imprescriptible, faisant ainsi fi des douleurs et meurtrissures des nombreuses victimes et familles de victimes pavant les routes de la lutte pour la libération de notre pays

- C’est une imposture enfin, parce que le Togo a refuse? il y a un an d’accepter comme la majorité? des Etats modernes de la CEDEAO, le principe de l’alternance comme allant de pair avec les concepts de démocratie et gouvernance légitime.

Cette imposture, le Président du Parti des Togolais, Alberto Olympio l’a relevé? dans son ouvrage « le pouvoir c’est vous », en démontrant que chez les précurseurs de la démocratie, l’alternance a été? appliquée comme principe, et ce, bien des siècles avant d’être inscrite dans les lois des Etats. Et c’est en vertu de ce principe universel propre aux démocraties modernes, que l’excuse de la Constitution ne peut plus être recevable pour le peuple togolais.

Le Togo devra assumer l’alternance comme inhérente a? la démocratie, et le régime en place doit s’y soumettre, ou accepter d’être requalifie? en dictature.

D’un point de vue économique, La construction d’édifices publics et l’organisation a? grand frais de conférences, ne saura masquer l’aggravation du fosse? entre la minorité? profitant des biens publics et la majorité? subissant dans leur quotidien les effets de cette mauvaise gouvernance et des scandales répétitifs de corruption a? la tête de l’Etat.

Cela prouve a? quel point l’indépendance de la justice demeure encore un vœu pieu malgré? les sommes considérables investies par l’Union Européenne pour la modernisation de notre appareil judiciaire. Cet appareil judiciaire, au lieu d’être un pilier de la démocratie est devenu un instrument au service d’un clan et au détriment de la majorité?. Il a cesse? d’être le terreau d’un climat des affaires plus juste et plus sain.

Le premier Magistrat du Pays, qui est le chef de l’Etat, loin de saisir les exigences de ce rôle, montre fois après fois qu’il n’est ni plus ni moins que chef du parti UNIR. Et que sa gouvernance est au profit de ceux qui adhéreront a? ce parti. Ceci n’est certainement pas une présidence démocratique.

La démocratie enfin, comprend que la légitimité? découlant du peuple, le mode de gouvernance doit être tourne? vers ce dernier. Au Togo c’est tout le contraire. Le gouvernement ne gouverne pas pour le peuple et ces décisions ne reflètent pas le désir de la majorité? du peuple :

- Les citoyens togolais ont-ils demande? que la rentrée scolaire soit reportée pour l’organisation d’un sommet ?

- Les citoyens togolais considèrent-ils l’éducation, la sante? et leur bien-être comme des questions secondaires ?

- Les citoyens Togolais sont-ils concertés quand l’Etat se complait dans l’endettement a? outrance, pour financer des chantiers surfacturés qui n’impactent pas directement leur quotidien ? Alors que le règlement de cette dette sera a? leur charge et a? celle de leurs enfants ?

Face a? ces nombreux défis, et a? la mauvaise foi évidente de la minorité? gouvernante, le Parti des Togolais, a? l’occasion de cette journée internationale de la démocratie, invite chaque Togolais a? prendre conscience de son rôle citoyen d’acteur du changement. Ce changement doit aller dans le sens de son bien-être et non de la satisfaction des desideratas ou désirs de grandeur de leaders irresponsables.

Le Parti des Togolais félicite la société  civile Togolaise pour le rôle joue? depuis les années 1990, et lui rappelle que, plus que jamais son rôle de défenseur des intérêts du peuple nécessité une indépendance totale vis a? vis du pouvoir politique.

Le Parti des Togolais enfin, réitère sa détermination a? œuvrer pour l’avènement d’une véritable démocratie participative ou le citoyen retrouvera sa place dans le débat public et ou? la jeunesse et les femmes souvent mises de côté? comprendront leur importance comme acteur de changement. Chacun doit devenir acteur de sa propre espérance, et ensemble devenons artisans de notre bonheur ainsi que de notre avenir.

L’histoire des changements dans notre Nation s’est construite grâce aux femmes et a? la jeunesse, et l’avenir donnera raison a? nos choix actuels, nous en sommes convaincus.

En cette journée ou? la démocratie est mise a? l’honneur, le Parti des Togolais assure sa solidarité? a? tous ceux qui luttent a? travers le monde pour la liberté? des peuples et l’avènement de sociétés plus justes. L’occasion est pour nous, ici, d’assurer encore une fois tout notre soutien et nos encouragements au peuple Gabonais luttant pour que sa voix soit entendue a? travers un vote transparent.

Vive la Démocratie, Vive la République

Fait a? Lomé? le 15 Septembre 2016

Le Cabinet du Président

   19 Sep 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique