Education | Education au Togo : SOS ! 900 mille pour réhabiliter un bâtiment scolaire de l’EPP Tchékpo-Dévé

Une Ecole Primaire PUBLIQUE (EPP) au Togo

Dans quelques semaines, élèves et écoliers, bref tous les apprenants de l’enseignement primaire et secondaire de toutes les séries, reprendront  le chemin de l’école sur toute l’étendue du territoire national togolais. Si  à cette rentrée fixée au 26 septembre 2016, certains écoliers et élèves peuvent retrouver sans grandes difficultés leur salle de classes, d’autres par contre risquent de devenir des « sans abris scolaires ». Et c’est le cas justement des élèves  l’Ecole Primaire Publique (EPP), groupe D de Tchékpo-Dévé qui se trouve dans la préfecture de Yoto, où le bâtiment scolaire est dans un état de délabrement total.

 

Composé de trois (3) salles de classe, ce bâtiment n’a plus de toiture. Le bâtiment lui-même est fissuré par endroit et risque de s’effondrer et provoquer de dégâts tant matériellement qu’en vies humaines si jusque-là des mesures idoines ne sont pas prises pour parer au pire. Et c’est dans ces conditions pénibles que les enfants de cette localité, située dans la préfecture de Yoto ont vécu durant toute l’année scolaire qui vient de prendre fin. Conscient du danger que courent ces adolescents, le Comité villageois de développement dudit village vient de lancer un cri de détresse et appelle à l’aide afin de réhabiliter le bâtiment scolaire pour permettre aux élèves de reprendre dans la sérénité la prochaine rentrée scolaire qui s’annonce à grands pas. Parallèlement à cet appel à l’aide, le comité a par ailleurs élaboré un devis  avec l’apport d’un maitre menuisier. Le montant dudit devis s’élève à neuf cent mille francs CFA (900.000F CFA) pour remettre au moins la toiture en place.

 

Regardez les conditions dans lesquelles les élèves travaillent au Togo

Vu l’urgence, il urge de lancer ce cri de détresse aux bonnes volontés. Qu’elles  se manifestent afin qu’on puisse  « sauver » l’éducation de toute une génération d’enfants qui méritent d’étudier dans des conditions saines. Néanmoins, il faut regretter que cette école se retrouve dans une préfecture comme Yoto où sont installées plusieurs industries minières et dont les terres sont exploitées allègrement au profit d’une minorité insolente. Pendant que des autorités qui ont la gestion du pays brassent des millions voire des milliards pour des fins inavouées oubliant l’essentiel parce que leurs enfants ne fréquentent pas ces établissements scolaires, ce sont les enfants des pauvres eux qui croupissent dans une misère criarde et soumis aux corvées de toutes sortes du fait du cynisme dont fait montre ces gouvernants. Tout compte fait, les élèves de Tchékpo-Dévé ont besoin de votre aide.

 

Shalom A.

   25 Aug 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique