Economie | Des OSC togolaises s’insurgent contre la hausse du prix du gaz butane

L’opinion nationale togolaise est en ébullition. Et pour cause. La dernière hausse du prix du gaz butane provoque un tollé dans le pays et fait réagir des Organisations de la Société Civile (OSC) comme celles-ci signataires de ladite déclaration dont voici la teneur :

Déclaration de la Ligue des Consommateurs du Togo, de la Synergie des Travailleurs du Togo, de la Ligue Togolaise des droits de l’Homme, Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement & l’Association des Victimes de Torture au Togo

C’est avec une grande indignation mêlée de colère que nous avons  appris l’augmentation des prix du gaz butane ce 10 août 2016, par la Société Total Gaz Togo, qui se réfère à l’arrêté interministériel N° 024/MCIPSPT/MEFPD/MME du 28 juillet 2016 relatif à la suppression de la subvention sur le gaz.

Au moment où les populations et les travailleurs demandent avec insistance au gouvernement d’assouplir leurs conditions de vie et permettre à la majorité des Togolais de mener une vie décente, cette augmentation apparaît comme une provocation de plus. Il est incohérent et inadmissible que quelques mois après la prise des engagements de protection de l’environnement à la COP 21, le gouvernement fait augmenter les prix du gaz butane à travers cet arrêté.

Depuis sept mois, le gouvernement fait semblant de diminuer le prix du carburant, sans pour autant revoir à la baisse les tarifs du transport routier qui devraient normalement avoir une incidence sur les prix des denrées de première nécessité. Les populations continuent, malgré elles, par tirer le diable par la queue en subissant la vie chère.

Par conséquent, nous demandons :

  1. au gouvernement :

-          de veiller à l’annulation pure et simple, au plus pressant de cette mesure en vue d’éviter aux populations des souffrances supplémentaires ;

-          d’élargir le Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers aux associations de consommateurs.

  1. au Chef de l’Etat :

-          de prendre conscience de l’état de paupérisation avancée des populations afin que de véritables mesures sociales soient prises.

Par ailleurs, les Organisations signataires sont vivement préoccupées par les conditions de vie et de travail des employés des sociétés de la zone franche et minières en général, et ceux de la SNPT en particulier. Elles demandent au gouvernement et au Chef de l’Etat d’avoir une oreille attentive aux revendications de ces travailleurs. En outre, elles apportent un soutien sans réserve à leur mouvement de grève.

Ces Organisations convient toute la population à accompagner toutes les actions à entreprendre en vue d’amener le gouvernement à faire respecter les prix antérieurs, et l’appelle à se  mobiliser pour les manifestations sociales des 30 et 31 août 2016.

Fait à Lomé, le 11 Août 2016

Ont signé

Pour la LCT,                                    Pour la LTDH,                                 Pour la STT             

Hoélété Yao SOGADJI             Me Raphaël KPANDE        Mme   Nadou                 OLOUKOUNLE-LAWSON                 

 

Pour le REJADD,                            Pour l’ASVITTO,

Assiba JOHNSON                           Kao ATCHOLI

   11 Aug 2016    by   |                 


Dans la même rubrique