Economie | POUR UN NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIER MONDIAL

La déroute des consciences dans le monde a rendu les dirigeants et les élites de notre continent inexistants dans les relations internationales et sur les questions brûlantes de notre temps. Ils se taisent désespérément en ce moment historique où les britanniques s’apprêtent à voter le 23 Juin prochain pour sortir ou continuer à demeurer dans l’Union Européenne. Pourtant, nous sommes éminemment concernés par ce Référendum britannique. Ce serait le moment propice pour nous de consulter nos peuples par  Référendum pour qu’ils fassent  le choix de la politique monétaire, économique, financière et même sociale qu’ils souhaitent ou accepter ou rejeter les APE (Accords de Partenariat Economique).


Comme en 1971 quand l’ancien Président Richard Nixon avait décroché le Dollar de l’Or, un vote positif des britanniques en faveur du BREXIT changera fondamentalement le système financier, monétaire et économique mondial. Nous entrerons alors dans des eaux non explorées. Ainsi, les dupes en Europe et ailleurs, qui essayent de sauver le système agonisant et pervers des Banques Centrales contrôlant les Etats dont elles s’accaparent les souverainetés monétaires et financières, seront dépassés par les événements. Leurs efforts seront dorénavant vains pour conserver le système funeste actuel qui régente nos économies.
La bataille, qui sévit depuis des décennies entre les oligarchies financières supranationales et les forces du système américain de base d’économie politique, pourra alors tourner à l’avantage de ces dernières. On pourra ainsi mettre le système des Banques Centrales en redressement judiciaire, tout en dressant des coupe-feux pour protéger le bien-être des populations africaines et faire obstacle aux partis d’extrême droite en Europe.
Le temps sera venu de séparer le bon grain de l’ivraie et de passer par pertes et profits les engagements spéculatifs et les valeurs fictives pour protéger les éléments fondamentaux au bon fonctionnement de l’économie mondiale permettant de mieux rebâtir nos économies nationales. Les intérêts généraux de nos populations sont prioritaires et doivent être protégés à tout prix contre les intérêts des spéculateurs et ceux de l’oligarchie financière internationale organisée autour du modèle rentier-financier des Banques Centrales. Nous devons rejeter irrévocablement les APE, qui ne peuvent que nous conduire à des politiques d’austérité suicidaires.


La bataille au sein même du gouvernement britannique représente cette sorte de luttes intestines qui sont menées par des chacals. Cela nous sera très utile si le camp du oui l’emporte sur celui du non. Mais nous ne devons pas oublier que malgré cette bataille, leurs intérêts communs dépassent de loin leurs divergences. La City de Londres est la capitale de l’ordre financier et économique mondial. Elle le restera  le 23  Juin prochain mais pourra affaiblir le Centre financier de Wall Street selon le résultat du Référendum. Le oui devra permettre aux pays africains de rejeter les APE, de rétablir ou de consolider leurs Banques Nationales et de réduire drastiquement les taux d’intérêts aux entrepreneurs privés. Nous devons prendre pour modèle la Federal Reserve des Etats-Unis (FED) pour réorganiser nos Banques Nationales.
Dans cette bataille que se livrent actuellement les chacals ou les prédateurs en Europe, ce qui nous attend sera inédit car elle dévoile des informations jusqu’ici masquées. Les dirigeants et les élites en Afrique doivent se préparer à exiger et à consolider les souverainetés monétaire, financière et économique de nos Etats. Ils doivent comprendre que la liberté ne se donne pas, elle se prend. Yes We Can. Si le IN l’emporte le 23 Juin, nos gouvernants seront privés de cet ascenseur. Mais comme ils n’ont jamais été capables de protéger nos populations contre le pillage de nos ressources, notre espoir demeure dans la prise de conscience et l’émergence de nouvelles élites de la Diaspora africaine en provenance des Etats-Unis ou de Chine.


Le PRR milite pour le renforcement des Etats-nations en Afrique. Le seul choix acceptable pour notre salut est le rejet des APE. La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne sera une chance pour nous. En abandonnant le Concept du Co-Développement, les bureaucrates de Bruxelles et tous leurs alliés dans les pays européens sont entrain de favoriser l’émergence des partis d’extrême droite partout en Europe et l’aggravation de la misère en Afrique. Que la providence favorise le choix du oui dans le Royaume Uni le 23 Juin prochain.

Fait à Lomé : le 15 Juin 2016

Président du PRR

Président de l’IAE

 

   24 Jun 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique