Sociale | L’ASVITTO part en guerre contre la torture et toutes formes de traitements dégradants

En prélude à la commémoration de la journée mondiale de soutien aux victimes de torture qui sera célébrée le 26 juin prochain, l’Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO) a organisé ce jeudi 23 juin 2016 au siège d’Amnesty International, une conférence débat autour du thème : « Quelles stratégies pour une protection efficace aux populations togolaises contre la torture et autres formes de traitements dégradants » pour réfléchir sur les mécanismes, les voies et moyens à adopter en vue de l’éradication de la torture et toutes formes de traitements dégradants dans le pays. Une occasion pour le Secrétaire général de ladite association, Atcholi KAO d’interpeller les autorités togolaises à respecter les lois, textes et clauses ratifiés à cet effet. Le Secrétaire d’ASVITTO a par ailleurs informé l’assistance de l’organisation d’un sit-in le 12 juillet prochain devant le ministère de la justice.

Lire plutôt la déclaration liminaire sanctionnant la rencontre

Déclaration de l’ASVITTO à l’occasion de la Journée mondiale de soutien aux victimes de torture

                            A quelques jours de la journée mondiale de soutien aux victimes de torture fêtée le 26 juin de chaque année, permettez-moi de vous transmettre d’abord le message du commandant Olivier AMAH, président de l’ASVITTO : « Je souhaite beaucoup de courage à tous ceux qui luttent pour la bonne cause ».

Plus de 29 ans que le Togo est partie à la Convention des Nations Unies contre la torture, chacun de nous pouvait constater sans exagérer que notre pays a encore du chemin à faire en matière de protection des populations contre cette forme de violation. Lorsque nous faisons une simple lecture de l’évolution des événements récents, on se rend compte que la situation n’a pas changé et les actes de torture et autres formes de mauvais traitements sont toujours banalisés dans gouvernance de notre pays.

Nous avons toujours en mémoire les circonstances dans lesquelles le rapport authentique de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) sur les actes de torture a été publié en février 2010, le départ en exile de monsieur Koffi KOUNTE et du commandant Olivier AMAH, les nombreux complots pour asphyxier économiquement l’ASVITTO, la manipulation des esprits fragiles dans les rangs des victimes de torture à la veille de la soumission du rapport du Gouvernement Togolais pour le compte du deuxième cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU) et les nombreuses allégations de torture signalées lors des événements malheureux de Mango ; et tous ces indices doivent continuer par nous inquiéter car l’éradication du crime de torture n’est pas pour demain.

A tout ce triste constat s’ajoutent le maintien en détention de monsieur Kpatchaa GNASSINGBE et coaccusés, en dépit de l’arrêt de la cour de justice CEDEAO et des recommandations du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies.

A cet effet, l’ASVITTO voudrait rassurer les populations Togolaises qu’elle se sent désormais réconforter par l’exemplarité de courage, de détermination et de persévérance dont ont fait preuves les victimes de torture tchadiennes qui ont obtenu justice après 25 ans de lutte.

L’ASVITTO invite les dirigeants du Togo à tirer de bonnes leçons à la suite de la condamnation historique de l’ancien président tchadien HISSENE HABRE, et à prendre conscience des faiblesses de l’appareil judiciaire en vue d’opérer des réformes profondes et nécessaires pour rendre justice à toutes les victimes.

L’ASVITTO les invite également à procéder à l’exécution des avis et recommandations du groupe de travail des nations Unies sur la détention arbitraire conformément aux recommandations 100.50 ; 101.5 et 101.6 du premier cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU) tenu en octobre 2011.

Dans la logique de ces recommandations précitées, l’ASVITTO organise le 12 juillet 2016 un sit-in devant le ministère de la justice en vue d’obtenir la libération de Kpatchaa GNASSINGBE et coaccusés et la réparation de toutes les victimes de torture au Togo.

                                                                                  Fait à Lomé, le 23 juin 2016

                                                                                  Pour l’ASVITTO

                                                                                  Le Secrétaire Général

                                                                                  Monsieur ATCHOLI KAO

   24 Jun 2016    by   |                 


Dans la même rubrique