Education | Reprise partielle du concours d’entrée à l’ENI dans les centres de Dapaong et de Tsévié

C’est par un communiqué rendu public le 18 mai dernier que le gouvernement togolais a invité les candidats à l’examen d’entrée dans les Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI), ayant composé le 12 février 2016 à reprendre les épreuves dudit concours dans les centres de Dapong et de Tsévié. En effet, la suspension dudit concours entre temps par les autorités gouvernementales, fait suite à une forte présomption de fraude subvenue lors des écrits. Une enquête diligentée par la gendarmerie nationale togolaise confirme des faits graves de fraudes.

Deux centres d’écrits à Dapaong ont accueilli les candidats au concours d’entrée à l’ENI: le centre du Lycée Nassablé de Dapaong et celui de l’EPP Bodjopal. Dans la cours de ces centres, on peut apercevoir les candidats des deux sexes. La mine renfrognée, certains candidats jettent les derniers coup d'oeil pour ceux qui espèrent qu'il est encore important que cela peut les aider affronter les épreuves. La peur, la tristesse et l’angoisse sont aussi perceptibles dans leur visages. Tout est en place. Les surveillants veillent au grain. Certains candidats rencontrés ont laissé entendre au correspondant de « La Gazette du Togo » : « Nous n’avons pas le choix. On est obligé de reprendre le concours puisque les grands disent qu’il y a eu fraude. On est fier de le faire et on compte aussi sur Dieu pour y arriver. » « Nous ne sommes pas du tout contents de cette reprise, mais comme on est chômeurs, on ne peut que se plier à la disposition », ont indiqué d’autres encore tout en courroux. Dans chacun de ces deux centres, les autorités de l’éducation et celles du pouvoir central étaient présents pour, non seulement constater l’effectivité du concours mais aussi coordonner et veiller au bon déroulement dudit concours. Le préfet de Tône, Christophe Tchimbiandja DOUTI présent sur les lieux, a fait le tour dans des deux centres. Il a apprécié la bonne volonté des candidats qui ont accepté reprendre les épreuves dudit concours. Il a par ailleurs souhaité que les choses se passent de très bonnes conditions et pour le bonheur des candidats.

Depuis la décision de la reprise du concours, les débats vont bon train dans les coulisses. Beaucoup de candidats n'espéraient plus reprendre les épreuves et s'activaient pour un boycott pur et simple pour des raisons qui leur sont propores. A en croire certaines indiscrétions, des manœuvres et coups fourrés auraient été montés de toutes pièces par des jeunes s’opposaient à la reprise dudit concours. Mais aux dernières nouvelles, et surtout avec la tournée de sensibilisation du préfet de Tône dans les deux centres, tout a été remis en ordre. Les épreuves ont bien débuté et les choses se passent bien.

CylsSyllas

 

   07 Jun 2016    by   |                 


Dans la même rubrique