Sociale | Une clôture pour nos défunts

Le cimetière municipal de Be-kpota n’à jamais présenté cet aspect. Depuis quelques mois, il fait l’objet de toutes les attentions à cause de sa nouvelle clôture .Une clôture réalisée grâce à l’appui financier du projet d’urgence de réhabilitation des infrastructures et des services électriques (PURISE), pour permettre aux illustres disparus de faire leurs derniers voyages sur terre en toute quiétude.

 

Be-kpota, grand quartier de Lomé situé à l’extrémité Est de l’aéroport de Lomé, s’est  réveillé comme chaque matin, grâce aux appels à la prière matinale musulmane. Dans la rue  adjacente à la principale mosquée du quartier, la journée commence à s’animer grâce premiers va-et-vient des habitants du quartier et particulièrement ceux des élèves du lycée de Be-kpota.  En longeant cette voie, le décor change progressivement avec la nouvelle clôture orange du cimetière municipale dudit quartier.

Depuis sa construction, la vie de solim, tout comme de celles de tous les riverains ont changé. Agée de 45ans, elle vend depuis 4ans «  le Tcho », une boisson traditionnelle fait à base du mil, à la lisière du cimetière. Tout juste à côté de son installation, il y avait une route que les riverains  empruntaient pour aller déféquer sur les tombes. « C’était vraiment importable» laisse-t-elle dans un français approximatif. « Je devais des fois affirmer mon autorité pour qu’il s’exécute » poursuit-elle.

A quelques mètres d’elle, il existait un vaste dépotoir. Ce dernier jouxtait l’un des nombreux garages situés aux abords du cimetière. Avec le dépotoir les clients avaient du mal à venir jusqu’au garage, particulièrement en saison pluvieuse. «  Nous étions obligés d’aller dépanner les clients sur le petit terrain sur lequel les enfants s’amusent » explique Kossivi, jeune mécanicien.

 

Changement de décor

La construction de cette construction de la clôture vient à point nommé.Car il était difficile pour les populations qui vivent aux abords du cimetière de trouver une marque de démarcation entre eux et les morts.La seule frontière qui existait était la route. Cette nouvelle donne, séduit plus d’un riverain.

Happy Tshapkoé ,30 ans, jeune information, réside depuis 10ans à l’autre extrémité nord du cimetière. Chaque matin, il traverse ledit cimetière grâce à la ruelle entourée  de part et d’autres par les tombes des défunts. « Nous sommes vraiment content après la construction de cette clôture. C’est vrai qu’ont été habitués même sans clôture. Mais la nouvelle clôture permettrait d’éviter la profanation des tombes et le vol des corps humains » se confie-t-il.

Le cimetière de Be-kpota est en effet tristement célèbre pour des phénomènes inexplicables. Il  ya quelques mois, le corps d’un jeune homme a été retrouvé sur une tombe dans des conditions jusqu’alors non élucidées. Toujours dans ce même cimetière un jeune pasteur avait été appréhendé par la police avec des ossements humains quelques mois plutôt.

Ekoué Folly, ancienne gloire du football togolais, est fossoyeur dans ce cimetière depuis quelques années déjà. Tout comme les riverains, il pense que la clôture  permettra à ses amis vigiles de mieux lutter contre ce phénomène de profanation des tombes.

Les populations espèrent plus.

La construction de la clôture du cimetière municipale de Bè-kpota a été financée par  la Banque mondial et le fonds  mondial pour l’environnement. Cela a été rendu possible grâce au projet d’urgence de réhabilitation des infrastructures et des services électriques (PURISE).Une initiative du gouvernement  Togolais .Il vise à résoudre le problème d’infrastructures urbaines de bases.

Assiogbo Amevi est chef de projets à Agetur-Togo. Il affirme que la construction de cette clôture de 1650 mètres, est estimée à 230 millions de FCFA hors taxes y compris la surveillance et le contrôle des travaux.

En plus de la clôture, deux parkings de 2352 m2 sont également sortis de terre. Ceux –ci permettront d’éviter désormais le stationnement anarchique constaté lors des cérémonies inhumations.

Les riverains espèrent plus.ils souhaitent que les travaux puisse se poursuivre avec l’aménagement de la principale route qui mène au cimetière municipale, impraticable en saison pluvieuse et l’électrification du cimetière et ses environs.

                                                                                                                                                                                                             Daniel ADDEH

 

 

   30 May 2016    by   |                 


Dans la même rubrique