Politique | Commémoration du 56e anniversaire de la fête nationale du Togo Jean-Pierre FABRE ne sera pas présent aux cérémonies officielles

La formation du chef de file de l’opposition togolaise, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a organisé un point de presse ce mercredi 20 avril 2016 dans la matinée, à son siège sis à Bè-Kamalodo pour donner sa position en prélude à la commémoration du 56e anniversaire de l’indépendance du Togo. A cette occasion, le chef de file de l’opposition togolaise Jean-Pierre FABRE a déclaré qu’il ne « participera aux cérémonies officielles du 27 avril 2016. » Il a donné les raisons qui reposent essentiellement la non décrispation de la vie sociopolitique voulue par les autorités togolaises.

Face au refus du régime RPT-UNIR d’ouvrir un dialogue sincère, et en dépit de l’initiative prise par le président national de l’ANC, le 13 janvier 2016, en sa qualité de Chef de file de l’opposition d’adresser une lettre au chef de l’Etat pour une décrispation sociopolitique, les responsables de l’ANC n’entendent s’associer aux autorités togolaises pour commémorer le 56e anniversaire du Togo à la souveraineté internationale. A en croire le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre FABRE, la confusion créée au sein de la classe politique par le décret, délibérément pris avec un si grand retard, soit deux ans après le vote de la loi, en juin 2013, fait l’objet d’une polémique tapageuse qui détourne l’opinion nationale des véritables enjeux de l’heure. « Respecter les engagements pris par le gouvernement devant le peuple togolais et auprès de la communauté internationale, concernant la mise en œuvre des réformes politiques et électorales prescrites par l’APG ainsi que l’organisation des élections locales ; libérer les personnes abusivement détenues, lever les inculpations arbitraires et les contrôles judiciaires et permettre le libre retour des personnes contraintes à l’exil, dans la sordide affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara ; rétablir dans leurs droits les représentants de CAP 2015 arbitrairement exclus de la CENI, de manière à préserver le caractère paritaire conféré à cette institution par l’APG et le code électoral ; adopter et mettre en œuvre de manière consensuelle la feuille de route du processus de décentralisation et organiser de manière consensuelle les élections locales », sont entre autres maux que traverse le pays et auxquels le chef de file de l’opposition à maintes fois attiré l’attention du chef de l’Etat pour leur résolution. Pour les responsables de l’ANC, force est de constater que jusqu’alors ces maux n’ont trouvé aucune solution ni de la part du chef de l’Etat ni de son gouvernement.

Pour le leader de l’ANC, les conditions ne sont pas réunies pour que lui, en sa qualité de chef de file de l’opposition prenne part à des manifestations officielles aux côtés des autorités togolaises dont les paroles et les actes manifestent quotidiennement la volonté de se maintenir au pouvoir par tous les moyens, y compris la violence. « Au demeurant, comment comprendre que le chef de l’Etat togolais, tout en faisant obstacle à l’apaisement du climat sociopolitique dans son propre pays, s’investisse dans la recherche de la paix dans un autre pays ? » constate avec amertume le chef de file de l’opposition. « En raison de tout ce qui précède, le chef de file de l’opposition ne participera pas aux cérémonies officielles du 27 avril 2016 », indique la déclaration liminaire sanctionnant le point de presse. Toutefois, le leader de l’ANC invite ses militants, sympathisants, ainsi que les populations de Lomé et ses environs à se joindre à sa formation politique l’ANC pour commémorer le 56e anniversaire de l’indépendance du Togo. Notons que des responsables des autres formations politiques de l’opposition membres de Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015) étaient aussi présents à ce point de presse.

Idelphonse Akpaki

   20 Apr 2016    by idelphonse Akpaki  |                 


Dans la même rubrique